Dans notre quête infinie de visionner tous les classiques du cinéma, on a encore atteint un nouveau palier avec Coffy, la Panthère Noire de Harlem (comme le souligne bizarrement le titre français...).

Interprétée par la légendaire Pam Grier, Coffy est une infirmière de bloc opératoire qui va venger sa petite soeur, victime bien évidemment innocente d'ignobles trafiquants de drogue. Tel un super-héros bipolaire menant une double vie - sauver des gens en pratiquant son art de la médecine et en fumer d'autres entre deux opérations - Coffy va assouvir tout au long du film sa vengeance avec une ferveur communicative et réellement impressionnante.

Coffy est canon...

La vengeance de Coffy est loin d'être consommée froide comme un gaspacho andalou, ici on mange de la soupe Campbell bien chaude, avec beaucoup de tomates, et un fond de café. Usant de ses charmes généreux, Coffy va échauffer les truands pour les piéger et les exterminer à grandes rasades de plomb. Car Coffy a pour arme de prédilection le fusil à double canon, arme d'une grande élégance qui laisse aussi peu de chances à ses adversaires qu'aux tapisseries.

Coffy a d'autres atouts dans son sac, ou plutôt sa coiffure afro dans laquelle elle n'hésite pas à cacher des lames de rasoirs et des épingles ; ingénieuse idée qui nous permet d'assister à un cat fight loin d'être barbant (rasoir <=> barbant, ah ah... enfin bref...). Elle n'hésite pas non plus à farcir une peluche non consentante d'un calibre généreux. Pour Coffy tous les moyens sont bons pour faire bouffer de l'herbe aux dealers, mais uniquement par les racines.

King George, de dos...

Malgré une forte tendance à tirer dans le tas et à parader en tenue d'Êve, Coffy fait aussi bon usage de son cerveau. C'est ainsi qu'elle conçoit avec beaucoup de soin la mort de King George, un des responsables de la misérable condition de sa soeur. Après avoir rejoint son affaire de prostitution et prit la place de leader, Coffy arrive à convaincre les acolytes de King George que ce dernier ourdie un mortelle complot. King George va ainsi subir une fin atroce, mais ce sera toujours moins terrible que les costumes qu'il porte une bonne partie du film.

Dans Coffy les call-girls sont hargneuses et dévêtues, les flics et les politiciens sont corrompues, les morts sont violentes et la joie du spectateur est énorme.

partager