Vélum

Pas facile de rendre justice à un bouquin comme Vélum. Impossible de résumer son contenu sans être réducteur... Pas moyen de faire bref non plus.
Vélum est une odyssée foisonnante et complexe. Le genre de texte qui vous jette à terre, un peu comme l'avait fait Hyperion (Dan Simmons), Lanark (Alasdair Gray), ou plus récemment La Route (Cormac McCarthy).
Le problème avec ce genre de lecture, c'est qu'on ne sait pas vraiment quand on aura l'occasion d'en reprendre d'aussi belles. Ca rend le reste forcément fadasse...

Odyssée aux multiples destins, voyages au bout de la fatalité, Vélum est un univers de luttes. Hal Duncan reprend et manipule à sa guise de grands mythes universels, tissant - et défaisant, comme Pénélope - une tapisserie complexe aux enchevêtrements incertains, pour nous laisser suivre le fil d'un récit du genre de ceux qui vous submergent.

On suit fiévreusement les aléas des différentes vies de Phreedom et Finnan, mais aussi les errances de ceux qui les approchent. Toujours pareil,toujours différent...
Le livre de Duncan est étourdissant.
Il faudra cependant attendre l'année prochaine et la traduction du second volume pour avoir les clefs de ce récit à tiroirs... Vélum n'est en effet que la première partie du Livre de Toutes les Heures, aaarghhh...

4 commentaires

Héhé!!! ça prend forme tout doucement!!! Félicitation les enfants :) Au fait julie, il faudra que je t\'emprunte ce magnifique livre ou bien que tu m\'en mettes un de côté avec \"The Boys\". Merci d\'avance!!! Vivement la semaine prochaine qu\'on découvre la suite, Cowabunga!!!

22/09/08huguesisrocknroll

Bon, 2e épisode de Frozentivi et 2e essai de commentaire pour moi aussi ; votre effort et le résultat méritent au moins que je me ré-attèle à la tache. Sauf qu\'en ajoutant mes commentaires du jour avec ceux de la dernière fois, ça commence à fouillir. Mais c\'est pas grâve parce que ça vous fait des chiées de félicitations et du feedback : J\'aime beaucoup ce ton, réellement informatif avec des touches de second degré astucieusement placées qui m\'ont encore une fois fait pouffer à quelques reprises. Et Julie a beau critiquer son propre vocabulaire, elle s\'exprime mieux que la plupart des animatrices de la vieille télé, son élocution est propre et ses phrases bien construites, avec la volonté réussie de rendre son discours vivant. La dernière fois j\'ai écrit que l\'épisode m\'avait donné envie de découvrir Pride of Bagdad (en plus d\'avoir réussi à me divertir), cette fois je ne pense pas dire autant du bouquin, mais c\'est parce que je manque de références - et d\'une manière générale de culture - littéraires qui fait que les caractères forts de cette fresque restent encore obscurs, malgré les détails fournis par Julie. En fait, pour que je commence à me projeter dans le truc, faut être plus détaillé sur chaque aspect : l\'univers, les ressorts dramatiques, les forces émotionnelles, et surtout, surtout, surtout (si j\'insiste ce n\'est pas pour faire comme dans Gremlins mais parce que le propos de Julie sur ce point se résume à \"vachement bien écrit\") l\'intérêt spécifiquement littéraire de l\'oeuvre (style, etc) que j\'aimerais voir qualifiée davantage. Dans ce deuxième épisode, j\'ai regretté l\'absence de coupures éclaires d\'extraits de films bien senties ; ça m\'avait fait bien rire la première fois et ça apportait une patte fraiche (l\'expression laisse penser que je parle de cuisine tout d\'un coup mais en fait non, tkt). Mais d\'une manière générale, j\'aime sincèrement beaucoup Frozentivi : vous avez le fond ET vous avez la forme (l\'expression laisse penser que je parle de sport tout d\'un coup mais en fait non, tkt). Et la forme, c\'est dans les épisodes vidéo ET dans le site web : la charte gfx est réussie, avec une superbe image-logo, une palette graphique originale et harmonieuse et même un papier-peint fleuri discret mais séduisant. Le seul truc que je n\'aime pas n\'est certes pas un détail, c\'est la police \"courrier\". Elle manque définitivement de lisibilité, elle véhicule une image cheap (mais pas automatiquement kitsch), et son caractère rétro renvoie à la bureautique, pas au cinéma des décennies passées ou aux débuts de l\'informatique - bref pas à la culture geek que vous mettez en avant. Mais malgré cette police de caractères, j\'ai vraiment hâte de découvrir les prochains épisodes qui m\'entraineront vers une culture des chemins de traverse (l\'expression laisse penser que je parle d\'agriculture tout d\'un coup mais en fait non, tkt) tout en me faisant bien rire. Un super bravo vachement grand, en tout cas.

25/09/08yann

Alors là, même si tu dis ne pas avoir les mots Julie, j\'ai cru comprendre que c\'était un livre génialement atroce et vachement super bien écrit ! Bref je le lirais bien à l\'occasion ! Les fameuses pièces de puzzles qui se situent dans d\'autres époques et d\'autres cultures me rappellent un bouquin que j\'ai beaucoup aimé qui se déroule un peu de la même manière (Kafka sur le rivage, Haruki Murakami, chez Belfond) avec des flash-back allant d\'un personnage à l\'autre, du passé au futur, c\'est un peu troublant mais j\'aime beaucoup ! Bravo à vous tous (toi aussi David même si pour cette fois t\'as fait office de figurant mouahah !!!)

01/10/08cellavie

bravo, jouer avec le \"allez on recommence\" et laisser la vidéo boucler et reprendre au début, j\'ai encore failli me faire avoir :-) bonne continuation !

08/10/08manu
partager