Pauvres provinciaux que nous sommes, nous n'avons pas eu droit à la sortie cinéma de la dernière oeuvre de Neil Marshall, cinéaste très apprécié à FrozenTiVi. Il a donc fallu attendre la sortie DVD du film, non sans ronger son frein ; bin oui, on a eu droit à moults trailers dans les média, et finalement le film sort dans 5 salles à Paris... faut être bien patient pour ne pas succomber à la tentation du téléchargement...

Après avoir plus que brillamment explosé tous nos fantasmes post-apocalytiques dans Doomsday, le réalisateur anglais met en scène Centurion, qui comme son nom l'indique, se déroule dans l'antiquité, chez nos amis aux casques à plumes. Toutefois Centurion n'en est pas pour autant un peplum.

Centurion

L'histoire est contée pendant la campagne romaine dans les îles de Grande-Bretagne, alors que le pays était rempli des féroces pictes aux faces bleutées.
On suit les mésaventures du centurion Quintus Das qui a maille à partir avec les autochtones. Capturé et soumit à de viles tortures, le centurion va vite s'échapper, puis après avoir retrouvé une cohorte de légionnaires, se faire à nouveau violemment démonter par les pictes, décidemment bien féroces. A leur tête la toute muette et féroce Etain, incarné par la James Bond girl de Quantum of Solace, Olga Kurylenko. Un rôle de badass au féminin comme les affecte tant l'esthète Neil Marshall. Bref, suite à cette violente escarmouche, la cohorte est réduite à peau de chagrin, et les rescapés vont tout faire pour échapper à l'éviction pur et simple de cette époque barbare

Olga Kurylenko
Malheureusement, Neil Marshal ne reproduit pas ici le miracle de Doomsday, mais le réalisateur n'a cependant pas renié son goût immodéré pour la castagne. 
On est loin de nos peplums d'entant avec petites jupettes au vent et glaive en bois mou, dans Centurion les romains sont en armure, leurs armes sont en fers bien forgés, pareil pour leurs ennemis. C'est pourquoi  les coups font mal, les glaives tranchent et remplissent souvent l'écran de belles gerbes écarlates.

Beaucoup plus proche en définitif du survival que de Samson ou Hercule, le film est brutal, et bien que plus faible que les autres bébés du réalisateur grand breton, il vaut largement le coup d'oeil !
partager